L’Internet mobile au service des personnes handicapées

L'essentiel

Mains avec smartphones

Ancien site

  • Date de publication :
  • Mots-clés :
  • Description : Pour les handicapés, comme pour l'ensemble de la population, la révolution numérique fait émerger de nouvelles pratiques pour faciliter le quotidien, rendre plus autonome, voir s'intégrer pleinement dans la société, tant sur un plan personnel que professionnel.

Contenu de l'ancien site

Pour les handicapés, comme pour l'ensemble de la population, la révolution numérique fait émerger de nouvelles pratiques pour faciliter le quotidien, rendre plus autonome, voir s'intégrer pleinement dans la société, tant sur un plan personnel que professionnel.

En effet, si depuis plusieurs années grâce à l'arrivée de l'Internet, les personnes handicapées accèdent à l'information et à la communication beaucoup plus aisément que par le passé, et ce, malgré l’arrivée de technologies discriminantes (flash, layer DHTML…), la téléphonie mobile réussit à porter ces usages sur des plateformes permettant à ces populations d’en faire un usage itinérant.

Les personnes handicapées, toujours contraintes d'optimiser leurs déplacements en fonction de l'encombrement de l’espace, ne pouvaient que rarement, comme le reste de la population, utiliser facilement un équipement informatique pour gagner en autonomie alors même que cela leur faisait cruellement défaut.

La téléphonie mobile contribue aujourd’hui à limiter ces difficultés en proposant des solutions innovantes et communicantes à des populations déjà trop fragilisées et marginalisées par leur(s) handicap(s).

Les solutions existantes

Des matériels prêts à l'emploi

Si, de prime abord, un téléphone mobile ne semble pas être l'outil le plus accessible pour un déficient visuel (difficultés d'utilisation des claviers téléphoniques en raison de la miniaturisation des touches, voire l'absence de touche dans le cas des interfaces tactiles, lecture de l'écran impossible par manque de contraste ou taille d'écran trop restreinte…), certains constructeurs comme Doro à travers sa gamme Easy ont su penser à des appareils répondant à ces besoins, en travaillant sur des claviers à grosses touches, des fonctions et des menus plus adaptés et des contrastes d'affichages plus marqués.

Des fabricants utilisent également la reconnaissance vocale en complément du clavier téléphonique rendant ainsi leurs terminaux accessibles aux personnes ayant des difficultés de préhension.

D'autres constructeurs, comme Apple depuis la version 3GS de son célèbre iPhone, ont délibérément choisi de repenser le système d'exploitation en intégrant, nativement, des solutions comme un lecteur d'écran (VoiceOver), un agrandisseur d'écran (Zoom) ainsi que la possibilité, pour les malentendants, de générer des alertes visuelles, communiquer en langage des signes par visioconférence ou de combiner les deux canaux audio en un seul signal pour une écoute par une seule oreille.

Cela fait de l'iPhone 3GS le premier téléphone tactile directement accessible aux personnes handicapées.

Des matériels adaptables

À l'instar des systèmes d'exploitation sur ordinateur, il est possible d'installer des lecteurs ou agrandisseurs d'écran (tels que Talks de Nuance, ou MobileSpeak de CodeFactory) pour vocaliser et/ou agrandir l'interface des téléphones sous Symbian et Windows Mobile.

Ces solutions permettent, entre autres choses, de zoomer, de modifier les couleurs d’affichage, de mettre en évidence la zone d’information pertinente, voire de connecter, via bluetooth des afficheurs braille, légers et discrets (comme l’Esys d'EuroBraille ou le Pronto de Baum), rendant, pour les aveugles sachant lire le braille, la consultation d'information plus efficace.

De plus lorsque l’on est atteint d’un handicap moteur, l’utilisation du clavier du téléphone mobile peut être substituée par des produits d’accès téléthèses comme ceux référencés par la fondation Garches.En France, l’AFOM encourage ces bonnes pratiques et invite ses adhérents à signer une charte pour favoriser l’accès à la téléphonie mobile. 

Le téléphone mobile, un outil pour tous

Les principes étant posés pour utiliser un téléphone mobile lorsqu'on est handicapé, tâchons maintenant de comprendre ce qu'il peut lui apporter pour compenser son handicap, au-delà des applications "standard" que sont les gestionnaires d'agenda, de contacts, de courriels…

Une "machine à lire" de poche Grâce aux optiques embarquées sur certains appareils mobiles, on peut "détourner" l'appareil photo pour capturer une image et reconnaître le texte d'un journal, d'un livre, d'un courrier… ce qui permet à un déficient visuel de prendre connaissance d'un document, où qu'il soit et de façon autonome.

Certains outils de ce type, comme KNFB Reader, sont capables de photographier un document en anglais, de le reconnaître, de le traduire en français et de le restituer en vocal. Ils permettent également à une personne dyslexique de bénéficier d'une lecture cursive pour lui en faciliter la compréhension.

Pour les personnes handicapées visuelles ou motrices, la téléphonie mobile permet également la lecture de livre textuel ou audio ainsi que l’accès par le biais d’abonnement à la lecture de la presse (Vocale Presse).

Se déplacer en toute tranquillité Difficile, lorsqu'on est aveugle, d'utiliser un plan de métro, de consulter un horaire de train voire de s'orienter lorsqu'on cherche une adresse. Là aussi, le téléphone mobile apporte une réponse efficace pour pallier ces difficultés, en donnant la possibilité à l'utilisateur d’avoir, toujours à porté de mains, des logiciels comme Métro, SNCF Direct, ou, pour les applications GPS, Mobile Geo, Route66...

Certains concepteurs, comme Sendero Group, ont développé des applications spécifiques afin de prendre en compte le handicap lors des déplacements, en décrivant, de façon très structurée, l'environnement d'une place, d'un carrefour, afin d'en créer une image mentale très précise.

En outre, grâce au téléphone mobile, en cas de perturbation dans les transports, il est toujours possible, lorsqu'on ne peut accéder aux panneaux d'information sur un quai, de consulter les sites web et d'organiser ses déplacements en fonction des informations communiquées.

Gérer son quotidien Le logiciel de détection de couleur Color Recognizer permet, toujours via l'optique du téléphone, de fureter dans sa garde-robe et de choisir la couleur ses vêtements.

Pour distinguer les biens de grande consommation portant des étiquettes, les lecteurs de code-barres intégrés dans certains téléphones peuvent identifier les produits déjà référencés, sur la base (TextInfo), et restituent l'information vocalement.

Perspectives

À travers tous ces exemples, on comprend ce que la téléphonie mobile a apporté aux publics handicapés. L'évolution des mentalités, associée à des matériels de plus en plus performants, favorisera le développement de fonctions déjà existantes telles que : Une géolocalisation réellement adaptée à un mode de déplacement piéton

Une capture d'image pour une meilleure perception ou une meilleure reconnaissance des textes, des objets, des environnements…

Une reconnaissance vocale efficiente et fonctionnelle pour contourner les difficultés liées à l'utilisation d'un clavier.

Avec la disparition progressive de nombreuses barrières technologiques, gageons que les concepteurs de matériels et/ou de logiciels sauront prendre en compte les besoins et les attentes de près de 10 % de la population française.