Le salon Autonomic Paris 2012 par l’équipe du CERTAM

L'essentiel

Logo Autonomic Paris

Ancien site

  • Date de publication :
  • Mots-clés :
  • Description : A l'occasion du salon Autonomic Paris 2012 qui s'est tenu au parc des expositions de la porte de Versailles du 13 au 15 juin 2012, le CERTAM à pu apprécier les nouveautés présentées par les exposants ainsi que mesurer les tendances du marché des aides techniques et des services à destination des déficients visuels.  

Contenu de l'ancien site

Autonomic Paris, le salon de référence des acteurs du handicap, de la dépendance et de l'accessibilité, s’est tenu au parc des expositions à la Porte de Versailles du 13 au 15 juin. 
Pour ce rendez-vous incontournable des professionnels du secteur, mais aussi du grand public, cette 12ème édition était une nouvelle fois l'occasion de faire le point sur les nouveaux services et innovations technologiques conçus pour améliorer concrètement le quotidien de chacun.
Comme tous les deux ans l'accès était gratuit et cette édition 2012 a accueillis sur 20 000 m² d’exposition, plus de 30 000 visiteurs qui ont eus l'occasion d'aborder tous les domaines de la vie quotidienne et professionnelle avec des solutions proposées par 450 exposants dont une trentaine consacrés à la déficience visuelle.
Le CERTAM, (centre d’évaluation et de recherche sur les technologies pour les aveugles et malvoyants), s’est particulièrement intéressé au thème des nouvelles technologies. Pas de révolution, mais des évolutions et nouveautés intéressantes comme de nouvelles machines à lire avec caméra, un premier terminal TNT adapté, des plages tactiles braille compacts au design attrayant, la généralisation de la technologie haute définition sur les téléagrandisseurs ou son émergence sur les loupes électroniques portables…
Voici, au fil des allées, les matériels qui nous ont marqués ainsi que les quelques tendances que fabricants et distributeurs ont bien voulu nous livrer.

Les matériels électroniques

La présence de systèmes de géo localisation GPS était plutôt discrète. Une nouvelle version du firmware du Kapten Mobility était présentée sur les stands de l’AVH, CECIAA et Acces’Solutions. Cette version 2 permet, entre autre, une orientation en dehors du réseau routier avec l’adoption d’un mode de navigation basé sur les points cardinaux. Les possesseurs d’un Kapten Mobility peuvent mettre à jour gratuitement leur appareil.
La société Angeo avec « Angeo-Mobile », présentait un système GPS muni d’une carte SIM qui permet d’enregistrer un parcours et des points d’intérêts, de connaitre sa localisation et d’obtenir une assistance ou une aide au guidage par appel à une plateforme d’assistance téléphonique. Le prix annoncé pour cette solution est de 1850 € auquel il faudra ajouter un forfait prépayé pour l’accès à la future plateforme téléphonique.
Sur le stand AVH un terminal TNT était en démonstration. Il s’agit d’un boîtier qui se branche sur le téléviseur via un cordon péritel ou HDMI et permet d’accéder aux chaînes de la télévision numérique terrestre. Grâce au guide vocale intégré, un affichage des informations en caractères agrandis et couleurs contrastées ainsi qu’une télécommande simplifiée, les personnes déficientes visuelles peuvent rechercher les chaînes, connaître le nom des programmes en cours de diffusion et suivants ou encore activer l’audio description à partir d’une simple touche. Contrairement à la précédente version où une connexion internet était nécessaire à la lecture vocale de la plupart de ces données, cette nouvelle version intègre la synthèse vocale S-Vox permettant de lire les informations envoyées directement depuis les chaînes. Le concepteur présent sur le stand de l’AVH nous a indiqué l’éventualité d’une fonction d’enregistrement dans une future version. Pour les possesseurs de l’aTNT une mise à jour sera disponible sur clé USB au prix de 30 € environ. Le tarif du terminal étant actuellement fixé à 79 €.
En ce qui concerne la lecture d’ouvrage audio, les fabricants de lecteur DAISY proposent, ou sont en passe de proposer, au moins un modèle de leur gamme compatible avec le « Daisy on line », protocole qui devrait permettre aux bibliothèques sonores d’offrir un téléchargement en ligne de leurs fonds. Plextalk propose déjà une connexion Ethernet sur le Plextalk Linio ou PTX1 et le wifi sur le PTP1 alors que HumanWare travaille activement sur une version wifi du Victor Reader Stratus M. Par ailleurs nous avons constaté que les dernières mises à jour d’appareils supportent de plus en plus souvent le format de livre numérique grand public ePub, c’est le cas actuellement pour le Milestone M312, le Booksense et la gamme Victor Reader. Les machines à lire, toujours aussi prisé par le public en quête de simplicité et de rapidité d’accès aux contenus de textes imprimés, adoptent désormais une caméra de prise de vue. L’acquisition d’un texte et sa reconnaissance ne prend plus que quelques secondes. La plupart des modèles offrent des options adaptées aux personnes malvoyantes avec la possibilité de connecter un écran pour un affichage agrandi et contrasté du texte avec suivi du focus en cous de lecture. Parmi les nombreuses machines à lire en présentation sur le salon nous en avons remarquées deux : le ClearReader + fabriquée par Optelec visible chez CECIAA, et le Read Easy + disponible chez Alphabraille.

Les Bloc-notes et terminaux braille

EuroBraille a présenté son nouveau Bloc-notes successeur de l’Iris nommé EsyTime. Conçu sur la base d’un netbook ASUS, il permet d’associer aux fonctionnalités d’un ordinateur braille et vocal sous Windows 7 Starter les possibilités offertes par un bloc-note grâce à une interface nommée EsySuite. Cette dernière regroupe un ensemble d’applications particulièrement adaptées aux besoins scolaires. EsySuite comprend un traitement de texte avec gestion du braille intégral, abrégé et mathématique, une calculatrice, un lecteur MP3, etc. Dans les prochaines mises à jour sont prévus : un navigateur web, un gestionnaire de messagerie, un agenda ou encore un lecteur de livres Daisy. EsyTime est doté d’un afficheur braille de 32 caractères, d’un clavier braille 10 touches et plusieurs touches de navigation. Un second modèle propose une innovation importante grâce à un nouveau dispositif de navigation optique qui réagit au mouvement des doigts permettant de lire, déplacer le curseur ou valider dans les menus sans perdre le contact avec l’afficheur braille. Les deux versions de l’EsyTime sont proposées au prix de 8000 € (hors options).
Le fabricant coréen HIMS, dont les produits sont distribués en France par Visiole, continu d’étendre sa gamme de produit braille avec le Braille Edge, un terminal braille de 40 cellules alimenté par batterie, connectable en Bluetooth ou USB avec des fonctions interne telles qu’un lecteur de document et un éditeur de texte. Il est proposé au prix de 4590 €. Également en démonstration sur le stand de Visiole, le OnHand, un bloc-notes de 18 cellules léger et compact (450 g), qui reprend les caractéristiques techniques et le software du BrailleSense maintenant nommé BrailleSense U2, toujours doté d’un afficheur braille de 32 caractères mais avec un microprocesseur plus puissant, une interface utilisateur multilingues et compatible avec les clés modems 3G.
Sur le stand AlphaBraille nous avons pu essayer le bloc-notes Euroscope Apex fabriqué par HumanWare mais doté du software de l’Euroscope développé par la société Sensotec. Dans cette version on retrouve un traitement de texte compatible MSWord avec prise en charge du braille abrégé, un navigateur web, une messagerie, un agenda, une calculatrice. Le tout dans une présentation qui semble simple et intuitive.
En avant première sur le salon, Acces’Solutions a présenté un prototype de la future Seika 16 caractères, un preneur de note avec clavier braille. Nous espérons en savoir plus prochainement… 
Parmi les tendances constatées, les terminaux braille évoluent vers des modèles toujours plus fins et léger avec de nets progrès en termes d’ergonomie et d’esthétique. Jusqu’à 40 caractères, l’utilisation de ces afficheurs braille est idéale avec un ordinateur portable. Chaque fabricant et distributeur proposent des modèles dont les tarifs commencent à environ 3000 €. Quelques exemples : le Basic Braille 40 caractères d’Handytech présenté par Acces’Solutions avec des modèles 32, 64 et 80 caractères annoncés ; AlphaBraille propose la nouvelle gamme Braillex 40C, 60C et 80C de PapenMeier, munis de leur fameuse barre de navigation placée à porté des pouces et appelée « mono-commande ». Ces trois modèles sont disponibles avec des cellules braille concaves ou standards. Enfin sur le stand CECIAA la nouvelle gamme Braillant de chez Humanware et le prototype Focus Blue 40 conçu par Freedom Scientific.

Les nouveautés « basse vision »

Parmi les nouveaux téléagrandisseurs, Alphabraille exposait le Contrast HD du fabricant NordicEye. Cette solution d’agrandissement haute définition, livrée sans écran et avec une tablette de lecture mobile en option, dispose d’une originale télécommande sans fil pour gérer les fonctions habituellement rencontrées sur ce type de produit (Zoom, modification des couleurs d’affichage, partage d’écran avec un PC,…).
Sur le stand de CECIAA, la dernière version du téléagrandisseur Topaz XL HD de Freedom Scientific avec un agrandissement minimum de 1,5 fois, permet la vision globale de la largeur d’un document A4 et propose un très large choix de contraste. Toujours chez CECIAA la loupe électronique portable Compact 5 HD avec écran 5 pouces, deux positions de lecture, la capture d’écran et une vision directe ou jusqu’à 1,2 mètres de distance.
Chez Acces’Solutions, nous avons essayé la loupe électronique portable I-Loview avec technologie HD, un Zoom jusqu’à 64 fois, une vision de près ou de loin avec sauvegardes d’images sur carte mémoire et connexion possible vers un écran externe en HDMI. Nous avons été agréablement surpris par la qualité de la mise au point quel que soit le mode d’utilisation.
Enfin la société Etex a présenté un prototype bien avancé d’un développement « maison », le monoculaire électronique NZO. Conçu uniquement pour une vision de loin, ce dernier permet la capture d’images (nom de rue, panneau d’affichage, tableau dans une salle de classe, etc.) puis une restitution sur un écran tactile de 7 pouces avec possibilité d’agrandissement ou de modification des couleurs d’affichage. La version définitive devrait permettre une capacité de sauvegarde plus importante ainsi qu’un transfert des données vers un ordinateur (prix estimé : environ 1800 €).

Conclusion

Malgré de nouvelles versions, comme Jaws 13 ou ZoomText 10, les logiciels adaptés tels que les lecteurs d’écran ou les logiciels d’agrandissement ne semblaient pas être mis en avant par les exposants, il est vrai que ces produits ne sont plus des nouveautés depuis fort longtemps et suivent désormais un calendrier de mise à jour bien rodé.

Sans surprise, pas de nouveauté marquante en téléphonie mobile. Les solutions développées par Code Factory étaient bien exposées sur le stand de HandicapZero mais les acteurs grands publics proposant une accessibilité native sur leurs produits (Apple, Google, etc.) n’étaient par représentés.

Par rapport aux précédentes éditions Autonomic, la plupart des distributeurs présents au salon ont plutôt mis l’accent sur les équipements et services à destination des postes de travail professionnels. Peu de solutions à l’usage des particuliers, comme les produits de vie quotidienne, étaient exposés cette année.